Requin en danger

Shark finning : les requins en danger
Agir pour la planète bleue

Agir pour la planète bleue
Requins
Des pollutions plastique aux découvertes de nouvelles espèces, découvrez les dossiers de l'Aquarium consacrés à l'Océan !

Les requins menacés par la surpêche

 

Il y a quelques jours, Rob Stewart, réalisateur qui figure parmi les plus grands défenseurs planétaires des requins, a perdu la vie en mer à la suite d'un accident de plongée.  Depuis des années, il se battait pour la sauvegarde des océans et tentait de sensibiliser le grand public aux multiples dangers menaçant les squales à travers le monde. 

 

Une image de mangeur d'homme injustifiée

Dans la culture populaire, le requin est représenté comme effrayant, n'hésitant pas à attaquer des proies innocentes jusqu'au bord des plages. Amplifiée dans les années 1970 par des films tels que Les Dents de la mer, cette image a atteint son paroxysme, lorsque la réalité a tristement rattrapé la fiction, avec des attaques fortement médiatisées.

 

Pourtant, le requin tue moins de 10 personnes par an (pour comparaison, les éléphants sont responsables de 600 décès par an en moyenne...).

Aujourd'hui, plus de 100 millions de requins sont chassés chaque année, exploités pour leur chair, leur peau, leurs dents, mais surtout leurs ailerons...

 

Le cas du shark finning

 

Le shark finning est une technique de pêche, qui consiste à mutiler les requins vivants avant de les rejeter en mer, afin de récupérer uniquement leurs ailerons, qui serviront d'ingrédient à une soupe très réputée en Asie.

Jusqu'en 2013, cette pratique, bien qu'interdite, était exercée en permanence (y compris par certains navires européens). L'Aquarium La Rochelle a participé de 2008 à 2012 à la semaine européenne des requins avec la coalition Shark Alliance. Une grande pétition a été mise en place et a recueilli de très nombreuses signatures, ce qui a contribué en partie d'interdire définitivement le shark finning.

Aujourd'hui, les Nations Unies appliquent une politique bien plus stricte pour stopper le massacre, et plusieurs signes sont encourageants pour les différentes espèces. La soupe d'ailerons disparaît des menus  des hôtels et restaurants, alors qu'il s'agissait de l'un des produits les plus prisés. D'autre part, un rapport de l'ONG WildAid publié en août 2014 annonçait le prix des ailerons en baisse de 50 à 70% en Chine. Malheureusement, certains pays continuent encore à l'exercer dans l'illégalité...

 

 

Pour approfondir

 

Rob Stewart, Les Seigneurs des Océans, 2008. Visionner la bande annonce.

Jérôme Delafosse, Les Requins de la colère, 2016. Visionner la bande annonce.

 

Réagissez
à cet article
Retrouvez-nous aussi sur

Rejoignez nos fans sur

Suivez l'actualité de l'aquarium en continu sur

Retrouvez-nous aussi sur